Les dangers de l’aluminium et de la pierre d’alun (emission on n’est plus des pigeons)

Je vous invite á regarder l’émission du 30 novembre 2015 sur les déodorants de on n’est plus des pigeons. A Gand, en Belgique un chercheur anglais, Chris Callewaert a testé les effets des anti-transpirants sur la flore bactérienne des aisselles. Pour cela il a demandé á des cobayes de ne plus mettre de déodorant ou d’anti-transpirants pendant 1 mois. Quand les cobayes n’utilisent plus d’anti-transpirants, les mauvaises bactéries au niveau des aisselles ont disparus et il n’existe que de bonnes bactéries. Quand les cobayes recommencent á en mettre les mauvaises bactéries réapparaissent. On constate ce fait seulement avec les anti- transpirants et non pas avec les déodorants, certainement car les déodorants ne contiennent pas á priori d’aluminium. Cette technique moléculaire est très récente, les industriels de la cosmétique n’ont pas encore enquêtés avec cette technique mais en tout cas elle démontre clairement que plus on utilise des anti-transpirants, plus on sent mauvais.

Puis les pigeons s’interrogent sur le fait qu’en 2011 l’AFSSAPS  (maintenant l’ANSM – Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ) recommande aux fabricants de cosmétiques de ne pas dépasser la concentration de 0.7 % d’aluminium dans leur composition. Or en faisant analyser différents anti-transpirants, la concentration varie plutôt entre 3 et 7 %. Les marques ont refusé de recevoir les pigeons pour avoir des explications. Mais ils ont pu rencontrer la toxicologue de la FEBEA, fédération qui représente les entreprises de la beauté. Cette dernière ne recommande pas une concentration si faible sinon il n’y aurait pas d’efficacité. Les marques de cosmétiques ne suivent clairement pas les recommandations de l’ANSM.

Les pigeons rencontrent un cancérologue á Genève. Il a fait des expériences in vitro pendant 3 ans sur des cellules de glandes mammaires, exposées á des sels l’aluminium pendant plusieurs semaines. Il a constaté des transformations irréversibles de ces cellules (boules) qui peuvent mener á des cancers du sein, ceci avec des expositions á des taux inférieurs á 6 % d’aluminium. Actuellement il mène les mêmes  expériences mais in vivo sur des souris et arrive aux mêmes conclusions. Ses essais faits sur animaux sont difficilement contestables, et devrait mener á terme á une interdiction totale de l’aluminium.

Les pigeons ont aussi rencontré Christian Girard, maître de conférence de l’école nationale de chimie, pour lui il y a plus d’aluminium dans la pierre d’alun que dans un anti-transpirant classique car on applique directement la pierre sur les aisselles.

Au final, les pigeons ont rencontré une bloggeuse qui donne une recette maison. Nous ne pouvons que mettre en garde contre ces compositions totalement improvisées. Il faut faire très attention aux concentrations élevées en huiles essentielles, elles peuvent avoir l’effet inverse et contribuer aux dérèglements cellulaires. Pour information des essais ont été faits avec le bicarbonate mais il est beaucoup moins efficace que notre déodorant magnésium.